Les textes de ce site sont protégés et interdits à la reproduction sans autorisation de l'auteur.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

1. Le bouchon !

 

Microbiote[1] a des sueurs froides. Un bouchon ! Ça fait deux heures qu’il lutte pour se frayer un passage et expulser les indésirables.

Des peaux de lupin, encore elles ! Elles conglomèrent avec des peaux de raisin et bouchonnent à la septième coudée. Quelle galère ! Les équipes de déminage s’affairent en vain.

Elles ont pourtant tout consommé le chyme[2], le travail devrait être terminé. Las ! Il ne prendra pas ses heures de repos.

Quelle idée d’avaler sans mâcher ? Il n’a pas le choix. Il va falloir lancer un SOS aux neurones pour activer le transit.

 

Microbiote tapote sur son phone dernier cri. Bougon, il twitte un coup de gueule aux Entéroendocrines[3].

— Encore endormies, Mesdames ? Et la Sérotonine[4] alors ? Si personne ne fait son boulot, c’est la chienlit !

La réponse ne tarde pas à se faire sentir…

Vertement, une Entéroendocrine la lui signifie d’une giclée protestataire. : Si le nerf vague n’avait pas du vague au nerf, la transmission aurait été correcte ! Qu’il s’adresse aux bactéries s’il n’est pas content !

— Ah elle est forte celle-là ! Ce n’est pas à se renvoyer les boues qu’on va faire avancer ce bouchon.

Microbiote est fort mécontent. Ces Entéroendocrines se font rincer par les bactéries et elles veulent leur faire porter le chapeau !

— Honte à vous les fielleuses ! Si vous n’aviez pas passé votre temps à boulotter, l’équipe des bactéries aurait pu envoyer le signal.

Fichtre ! S’il y avait eu une attaque de toxine, vous auriez compris votre douleur. Quel égoïsme !

Du fin fond d’une coudée, une petite voix s’élève.

— Oui, mais… c’est la nuit ? La nuit c’est fait pour dormir, non ?

Furibard, Microbiote houspille la gamine.

— Dormir ? Mais elle a été formée où celle-là ? C’est dormir ou mourir ! Il faut choisir. On n’est pas au SNC[5] ici ! Les ordres, ce n’est pas toi qui les donnes, mais « Lui » !

 

Une voix d’outre-tombe interrompt la conversation.

— Ça va, cool les enfants…

C’est le Plexus Myentérique[6], réveillé par toute cette agitation, qui se met de la partie.

— Je contrôle les gars, je contrôle…

Sa voix pâteuse n’est guère rassurante.

Tu parles qu’il contrôle ! Crie hystérique le Sous-muqueux[7] en éternuant à la goulée odoriférante qui descend.

— Il est fumé, le bougre ! Voilà pourquoi ça n’avance plus !

— Cool mon frère, je vous dis, je gère. Zen les Prevotella[8], y’a pas urgence, quoi…

Le Sous-muqueux envoie une salve de glaires pour se nettoyer.

— Pouah ! Dégoûtant ! C’est à vous dégoûter de travailler. J’en ai assez d’obéir à des inconséquents !

Sûr ! Et il a le nerf Vague[9] dans la poche. Ces deux-là s’entendent bien pour la foiridon.

— Eh, un peu de lumière là-dedans !

La lumière intestinale proteste. Pas de lumière la nuit ! Et les économies d’énergie ?

Ça râle de partout. Le Plexus Myentérique se crispe. Il n’aime pas le stress. Une crampe, puis deux.

Plus haut, c’est l’affolement.

— Dégagez ! Tout le monde aux abris ! Ça crampe, ça va vomir…

 

Le SNC a déclenché l’alerte, mais chacun a beau se ratatiner pour éviter la purée, la peur n’évite pas le danger…

Dans l’œsophage, les bataillons de bactéries sont en ordre de bataille.

— La Purée !

C’est le rush, remontée de chyme. Le Myentérique expulse le contenu de l’estomac. La bouche hoquète de colère et les dents froncent des racines.

— Beurk, il y avait des sardines au menu.

— Et des oignons, gémit une cellule en recrachant une Épithéliale égarée. La pauvrette redescend dare-dare, chacun chez soi, non de non !

Les bactéries s’activent, la brosse entre les dents. Les unes frottent, les autres évacuent les derniers déchets. Ce sont des courageuses, des guerrières aguerries, mais ce sont aussi des filles qui peuvent faire plusieurs choses en même temps !

Ça bavarde dans les rangs. L’épithélium tend l’oreille et se mêle aux conversations.

— Quoi ? Ce goret a encore mangé de l’oignon ! C’est gonflé !

— Oui, gémit une bactérie, et en bas ça fait des bulles de partout, et pas des petites. Attention, orage ! Ça va comprimer !

 

Roulement de tambour, une bulle géante se fraye un passage vers la sortie et se heurte au bouchon. Reflux, la tornade tourne en vain. C’est le sauve-qui-peut et l’inévitable remontée vers l’estomac.

L’équipe de bactéries de Microbiote est enragée. Elle perce l’intruse qui éclate en myriade de bullettes malodorantes. Le clapet a sursauté sous le choc, et la hernie hiatale s’agite en borborygmes.

L’épithélium se retient de rire, mais rien n’y fait. Il plisse d’un rire indécent que le nerf vague s’empresse de rapporter au cerveau.

 

— Il a pété ! Crie le SNC.

— Ce n’est pas drôle, vraiment ! Crient les œsophagiennes en éventant les couloirs. Qu’il pète dehors, on étouffe ici !

— Allez les filles, toutes ensemble, on gueule un grand coup ! Vague, tu entends ? Je m’en vais te le faire rire jaune moi le SNC. Serrez-vous mes coudes, on met le paquet !

D’un seul élan, les bactéries se mettent en ordre de bataille, lances en main et assaillent la barrière épithéliale qui se gondole.

La rapporteuse saute sur l’occasion et par la même, sur le SNC qui commence à se faire des cheveux.

Ah ? Fumer un joint avec des sardines aux oignons, ça te fiche un bon mal au bide…

Vite, un bon verre d’eau.

 

La douche bienfaisante descend sous les applaudissements ! L’œsophage gargouille ravi sous la chatouille des bactéries en liesse. L’estomac rafraichi expulse un jet de chyme liquide qui vient hydrater le bouchon.

Une à une, les peaux de lupin avancent sous les contractions de l’intestin.

Tout le monde s’active à son poste pour nettoyer le terrain.

Il ne s’agirait pas de laisser traîner des amas de protéines là où il ne faut pas… Pas question de perdre des neurones dans l’affaire.

La dernière biopsie en a trouvé une poignée. Des englués de résidus protéinés. Des déficients. Des terroristes oui…

Par bonheur, le Vague n’avait pas eu le temps de populariser la déficience. Si le SNC avait copié comme à son habitude, leurs rêves de retraite tranquille devenaient illusoires.

 

L’unité 913 a prévenu : à neurone protéisobésifié, parking sonne tôt le matin !

Les parkings sonnés, ça bouge tout le temps, je ne vous dis pas le travail… Et puis, Microbiote voulait ménager ses troupes.

L’épithéliale lui avait un jour colporté une parole du SNC : « Qui veut aller loin ménage sa monture ». Il en avait fait un acte de foie, car ce voisin avait lui aussi quelques soucis avec ce SNC qui ne voyait pas plus loin que le bout de sa tête.

 

Il est cinq heures du matin. Les bactéries en ont plein les bottes, mais le transit a avancé des quelques centimètres nécessaires. Le travail se termine à l’heure. Le SNC a entendu le réveil matin et l’agitation règne. Vite, un dernier coup de boutoir et c’est la délivrance.

Le bouchon se retrouve propulsé par la levée du corps. Les bactéries, pantelantes s’essuient le front.

Tous aux abris ! C’est la descente aux enfers si vous traînez ! Chacun son pli de boyau et on s’accroche !

Les équipes obéissent promptement. Pas question de finir dans le grand tourbillon.

 

Il est cinq heures trente. L’homme assis lit le Canard Enchaîné. Un plouf sonore. Le bouchon est évacué sans encombre. Il se caresse le ventre.

Brave petit bedon ! C’est l’heure du petit déjeuner, hop, on va manger !

 

Microbiote tend le dos sous les gémissements de ses troupes épuisées par la nuit blanche.

— Allons Mesdames, allons ! Ce n’est jamais qu’un peu de pain et de café. Hé là-haut ! Envoyez les enzymes ! Nous on se fait un petit break le temps que l’estomac fasse son travail.

Il est cinq heures quarante.

Tout est calme. Chacun à son poste œuvre ou se repose. Le corps ronronne comme un moteur bien huilé. L’homme est heureux et en bonne santé, encore pour le moment...

 

Eve Zibelyne le 1 juillet 2012



[1] Ensemble des bactéries intestinales

[2] Bouillie formée par les aliments partiellement digérés à la sortie de l’estomac.

[3] Sous-type de cellules de la barrière épithéliale intestinale qui produisent, entre autres, de la sérotonine

[4] Substance aminée véhiculée par les plaquettes qui joue un rôle dans l’hypertension artérielle et les manifestations allergiques

[5] Système Nerveux Central

[6] Contrôle les contractions musculaires pour faire progresser le bol alimentaire ou provoquer les vomissements

[7] Régule les sécrétions intestinales

[8] Entérotype (communauté) courant chez les consommateurs de fruits et légumes

[9] Lien de communication entre l’encéphale et le système digestif